L’ancien prĂ©sident est inculpĂ© pour « association de malfaiteurs » dans ce dossier dans lequel il avait dĂ©jĂ  Ă©tĂ© mis en examen en 2018 pour d’autres chefs.JUSTICE – L’ancien prĂ©sident de la RĂ©publique Nicolas Sarkozy a Ă©tĂ© mis en examen, aprĂšs quatre jours d’audition, pour « association de malfaiteurs » dans l’enquĂȘte sur des soupçons de financement libyen de sa campagne prĂ©sidentielle de 2007, a indiquĂ© le parquet national financier (PNF) ce vendredi 16 octobre, confirmant des informations de Mediapart.
Cette nouvelle poursuite, rĂ©vĂ©lĂ©e par le site d’information en ligne, est la quatriĂšme dans ce dossier pour l’ancien chef de l’État qui a rĂ©agi sur les rĂ©seaux sociaux en affirmant que que son « innocence » avait Ă©tĂ© « bafouĂ©e ».
« J’ai appris cette nouvelle mise en examen avec la plus grande stupĂ©faction (…). Mon innocence est Ă  nouveau bafouĂ©e par une dĂ©cision qui ne rapporte pas la moindre preuve d’un quelconque financement illicite », a-t-il Ă©crit.

L’ancien chef de l’État avait dĂ©jĂ  Ă©tĂ© mis en examen en mars 2018 pour « corruption passive », « recel de dĂ©tournement de fonds publics » et « financement illĂ©gal de campagne ». Il avait Ă©galement Ă©tĂ© placĂ© sous contrĂŽle judiciaire. Il s’Ă©tait alors dit victime d’un « complot ».

Un collaborateur mis en examen en janvier
« Chacun voit bien qu’il s’agit d’une dĂ©cision sans prĂ©cĂ©dent en cohĂ©rence avec les investigation rĂ©alisĂ©es. La procĂ©dure suit son cours » a pour sa part rĂ©agi Me Vincent Brengarth, l’avocat de l’association anti-corruption Sherpa, partie civile dans ce dossier.
Le 31 janvier, les magistrats avaient mis en examen pour « association de malfaiteurs » l’un de ses anciens collaborateurs, Thierry Gaubert, soupçonnĂ© d’avoir touchĂ© des fonds provenant du rĂ©gime libyen de Kadhafi qui auraient pu alimenter la campagne de Nicolas Sarkozy.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaĂźt entrez votre commentaire!
S'il vous plaĂźt entrez votre nom ici