Dans un entretien accordĂ© Ă  France 24 depuis son domicile Ă  Nouakchott, l’ancien prĂ©sident mauritanien, Mohamed Ould Abdel Aziz, affirme ĂȘtre la cible d’une « vendetta politique » menĂ©e par le rĂ©gime de son successeur et ancien bras droit, Mohamed Ould Ghazouani. Objet d’une enquĂȘte pour des soupçons de corruption et de dĂ©tournement de fonds pendant sa prĂ©sidence, il nie catĂ©goriquement les faits et estime qu’il s’agit-lĂ  d’une opĂ©ration visant Ă  l’empĂȘcher de jouer Ă  nouveau un rĂŽle politique.


L’ancien prĂ©sident mauritanien, Mohamed Ould Abdel Aziz qualifie toutes les accusations Ă  son encontre, et notamment celle selon laquelle il aurait tentĂ© de vendre une Ăźle mauritanienne au Qatar d’ »histoires crĂ©Ă©es de toutes piĂšces ». Il assure, dans un entretien accordĂ© Ă  France 24, « tout assumer » de sa prĂ©sidence.


S’il n’accuse pas directement l’actuel prĂ©sident d’ĂȘtre Ă  la manƓuvre, il pointe du doigt « ses collaborateurs ». Il explique vivre dans une « grande prison », puisqu’il est privĂ© de son passeport et empĂȘchĂ© de sortir de la capitale, Nouakchott.


Mohamed Ould Abdel Aziz dit s’attendre « à tout » de la part du rĂ©gime actuel, mĂȘme s’il affirme ne pas avoir peur.


Enfin, l’ancien prĂ©sident mauritanien nie farouchement avoir ourdi un coup d’État ces derniers mois et assure ne pas regretter de ne pas avoir changĂ© la Constitution, afin d’effecteur un troisiĂšme mandat, malgrĂ© les sollicitations qu’il aurait reçues dans son pays et dans la rĂ©gion. « J’ai tenu Ă  incruster la dĂ©mocratie dans mon pays », affirme-t-

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaĂźt entrez votre commentaire!
S'il vous plaĂźt entrez votre nom ici