Le prĂ©sident du Nigeria, Muhammadu Buhari, appelle les prĂ©sidents d’Afrique de l’Ouest Ă  respecter la limite constitutionnelle de leur mandat.
« Il est important qu’en tant que dirigeants de nos diffĂ©rents États membres de la Cedeao, nous respections les dispositions constitutionnelles de nos pays, notamment en ce qui concerne la limitation des mandats. C’est un domaine qui gĂ©nĂšre des crises et des tensions politiques dans notre sous-rĂ©gion », a-t-il dĂ©clarĂ©.
Cette déclaration fait suite à la décision du président ivoirien Alassane Ouattara et du président guinéen Alpha Condé de se présenter pour un troisiÚme mandat dans leurs pays respectifs.
Les propos du prĂ©sident Buhari ont Ă©tĂ© tenus lors d’un sommet des dirigeants du bloc rĂ©gional, la CommunautĂ© Ă©conomique des États de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao), qui s’est tenu Ă  Niamey, la capitale du Niger.
La dĂ©cision du prĂ©sident Ouattara de se prĂ©senter pour un troisiĂšme mandat Ă  la suite du dĂ©cĂšs soudain de son dauphin a dĂ©clenchĂ© des manifestations en CĂŽte d’Ivoire. Ses dĂ©tracteurs affirment que cette dĂ©cision est anticonstitutionnelle.
Des manifestations violentes ont Ă©galement eu lieu en GuinĂ©e voisine, oĂč le prĂ©sident CondĂ©, ĂągĂ© de 82 ans, brigue un troisiĂšme mandat controversĂ© en octobre.
Le sommet d’une journĂ©e de la Cedeao, qui s’est tenu lundi, a rĂ©uni huit chefs d’État, dont les prĂ©sidents du Ghana, du SĂ©nĂ©gal et du Burkina Faso.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaĂźt entrez votre commentaire!
S'il vous plaĂźt entrez votre nom ici