Le ComitĂ© permanent inter-États de lutte contre la sĂ©cheresse dans le Sahel (CILSS), avait prĂ©venu les autoritĂ©s sĂ©nĂ©galaises d’un hivernage 2020 qui s’annonce globalement pluvieux avec des quantitĂ©s totales des prĂ©cipitations supĂ©rieures Ă  la moyenne dans la bande sahĂ©lienne. 

Dans son bulletin de juillet 2020 parcouru par L’Observateur, le CILSS avait alertĂ© sur l’arrivĂ©e d’écoulements dans les bassins fluviaux supĂ©rieurs ou Ă©quivalents Ă  la moyenne, des sĂ©quences sĂšches en dĂ©but et vers la fin de saison importantes et une date de fin de saison tardive Ă©mises en avril.
« Des quantitĂ©s de pluies globalement supĂ©rieures aux cumuls moyens de la pĂ©riode 1981-2010 sont attendues sur la bande sahĂ©lienne et soudanienne allant du Tchad Ă  la façade Atlantique, notamment sur la partie Sud du Tchad, la bande agricole du Niger, le Burkina Faso, la partie agricole du Mali, le Sud de la Mauritanie, le SĂ©nĂ©gal, la Gambie, la GuinĂ©e Bissau, le Cap-Vert, le Nord de la GuinĂ©e, les parties extrĂȘme Nord de la CĂŽte d’Ivoire, du Ghana, du Togo, du BĂ©nin et du NigĂ©ria », alertait le CILSS.
Alors, au regard des cumuls de pluies globalement supĂ©rieurs Ă  la moyenne attendue sur la bande sahĂ©lienne, les risques d’inondations sont Ă©levĂ©s, selon l’institution.
Pour attĂ©nuer ces risques, le CILSS recommandait de suivre de prĂšs les seuils d’alerte dans les diffĂ©rents sites Ă  haut risque d’inondation, prĂ©venir l’occupation anarchique des zones inondables, en particulier dans les zones urbaines, renforcer la veille et les capacitĂ©s d’intervention des agences en charge du suivi des inondations, de la rĂ©duction des risques de catastrophes et des aides humanitaires, assurer le curage rĂ©gulier des caniveaux d’assainissement…

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaĂźt entrez votre commentaire!
S'il vous plaĂźt entrez votre nom ici