« Si ça arrive la bas. pourquoi ça n’arriverait pas chez nous? Â» s’interroge l’ancien membre du groupe de Rap Positive Black Soul (PBS). Un scĂ©nario qui pourrait ĂȘtre catastrophique pour le  SĂ©nĂ©gal, «c’est pour ça qu’on ne veut pas que ça arrive Ă  Conakry Â».

Et face Ă  cette situation, Dj Awadi prĂ©vient « on va se battre et on va user de notre droit d’ingĂ©rence, notre devoir d’ingĂ©rence qui est de dire qu’en Afrique de l’Ouest, il n’y aura plus d’histoire de 3e mandat Â».

Pour lui « c’est une insulte Ă  l’intelligence de nos peuplĂ©s. Il ne faut pas qu’on nous parle d’exception et qu’on joue avec textes. Il y a d’abord un problĂšme moral : tu as fait deux mandats, ne joue pas avec les textes parce que ça ne va que crĂ©er du sang Â».

Le rappeur explique par ailleurs qu’ « en se taisant, on est complice et on est coupable d’un silence criminel. Tous ceux qui vont dire ‘non, ce n’est pas notre problĂšme’ sont coupables de crime parce qu’il y aura du sang et on le sait, ça a dĂ©marrĂ© Â».

Revenant sur la posture de la CEDEAO, Awadi lance : « la CEDEAO qui se dit CEDEAO de je ne sais quoi, elle doit justement ĂȘtre lĂ  pour dire plus jamais ça. Ils ont pu mobiliser des armĂ©es pour faire bouger Yaya Jammeh, on attend qu’ils aient la mĂȘme promptitude Ă  rĂ©gler le problĂšme en GuinĂ©e Conakry et en CĂŽte d’ivoire Â».

                                               Mouhamadou Sissoko-Senegal7

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaĂźt entrez votre commentaire!
S'il vous plaĂźt entrez votre nom ici