Devant la forte pression des sĂ©nĂ©galais d’ici et de la diaspora, pour le rapatriement des corps, l’ouverture des marchĂ©s et des lieux de culte et le dĂ©pĂŽt d’une requĂȘte de rĂ©fĂ©rĂ© mesure utile et de deux rĂ©fĂ©rĂ©s-libertĂ©s par le FRAPP
le prĂ©sident Macky Sall a dĂ©cidĂ© de lĂącher les sĂ©nĂ©galais en leur disant « nu golo xam boote doomam ! » 

Avec 24 cas positifs, aucun dĂ©cĂšs et seuls Dakar et Touba touchĂ©es Ă  la date du 14 mars, le prĂ©sident de la rĂ©publique a dĂ©cidĂ© :  
-interdiction pour 30 jours de toutes manifestations publiques ;  
-suspension des cours pendant 3 semaines ;  
-cĂ©rĂ©monie de prise d’armes le 4 avril en lieu et place du dĂ©filĂ© ;  
-suspension des pĂšlerinages aux lieux saints
 

Le 11 mai, avec 19 dĂ©cĂšs, 1151 malades sous traitement, 7182 cas contacts suivis et 23 dĂ©partements coropositifs le prĂ©sident Macky Sall a dĂ©cidĂ© de faire du ponce pilatisme  en assouplissant les mesures qu’il avait prises. 
Pire, pour que les enfants de la bourgeoisie bureaucratique puissent aller s’inscrire dans les universitĂ©s Ă©trangĂšres, il annonce l’envoi Ă  l’abattoir du coronavirus des filles et fils issus des classes populaires le 02 juin prochain. 

DĂšs lors, le FRAPP interpelle le prĂ©sident Macky Sall sur l’opportunitĂ© du maintien de la loi d’habilitation, de l’Etat d’urgence, du couvre-feu, des 1000 milliards
 

Le FRAPP a toujours dĂ©fendu l’idĂ©e de dĂ©pistage massif ciblĂ©, de la dotation en nombre suffisant de masques barriĂšres aux sĂ©nĂ©galais, du renforcement consĂ©quent des moyens de  nos structures et de notre vaillant personnel de santĂ©. Pour financer tout cela, le FRAPP a rappelĂ© Ă  plusieurs reprises la nĂ©cessitĂ© de supprimer les institutions inutiles et budgĂ©tivores que sont le Hcct, le Conseil Ă©conomique social et environnemental, la Commission nationale du dialogue des territoires
Qu’avec un plan pareil qui permettrait d’identifier les malades Ă  une grande Ă©chelle et de les soigner, de mettre en quarantaine les cas contact et de dĂ©cupler les moyens de notre systĂšme de santĂ©, les activitĂ©s Ă©conomiques, sociales, et religieuses pourraient reprendre leur cours.   

Le SEN du FRAPP dĂ©nonce la dĂ©cision prise par le prĂ©sident et le tiendra pour responsable de tout drame ou tragĂ©die consĂ©quence de la non observation du principe de prĂ©caution. 

Par cette dĂ©cision, le prĂ©sident avoue son incapacitĂ© politique, sanitaire, financiĂšre, Ă©conomique Ă  prendre les dĂ©cisions que la situation exige face au Covid-19. En rĂ©alitĂ©, le prĂ©sident Macky Sall vient de rĂ©citer avec le Covid-19 les seules leçons qu’il connaĂźt et qu’il rĂ©cite depuis 2012 : incapacitĂ©, incompĂ©tence, impotence, impuissance, indolence. 

Puisque le prĂ©sident Macky Sall et sa majoritĂ© pensent Ă  envoyer nos enfants Ă  l’école, le FRAPP les invite Ă  mettre un terme Ă  la loi d’habilitation, Ă  l’Etat d’urgence et au couvre-feu et invite le conseil des ministres et l’assemblĂ©e nationale Ă  reprendre les classes avant nos enfants. 

Le FRAPP appelle les citoyens sĂ©nĂ©galais Ă  la prudence, Ă  la responsabilitĂ© en se prĂ©servant par le respect des gestes barriĂšres, le port de masques
 

Le FRAPP invite les organisations patriotiques Ă  se mobiliser pour faire face. 
Enfin, le FRAPP demande Ă  ses membres de continuer Ă  se mobiliser contre le COLONIAVIRUS qui nous rend vulnĂ©rables contre tous les virus, tous les chocs sanitaires, Ă©conomiques, financiers, environnementaux
 

Le SecrĂ©tariat ExĂ©cutif National (SEN) du FRAPP. 
Dakar, le 13 mai 2020

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaĂźt entrez votre commentaire!
S'il vous plaĂźt entrez votre nom ici