Deux projets de films sĂ©nĂ©galais ont Ă©tĂ© retenus parmi dix autres sĂ©lectionnĂ©s pour la cinquiĂšme Ă©dition de la plateforme « Ouaga Film Lab », prĂ©vue en novembre prochain Ă  Ouagadougou, au Burkina Faso, ont annoncĂ© les organisateurs sur leur site Internet. 

« Debout mon enfant » (fiction) de Pape Abdoulaye Seck, est l’un deux projets retenus, avec le documentaire « Doxandem : les chasseurs de rĂȘves » de Saliou Sarr alias « AlibĂ©ta ».  Pape Abdoulaye Seck, commentant pour l’APS le choix portĂ© sur son film, dit considĂ©rer « Ouaga Film Lab » comme « un tremplin pour mieux dĂ©velopper » son film et « surtout le confronter Ă  d’autres pour l’enrichir ».  Selon le rĂ©alisateur, « Debout mon enfant » s’inspire librement du roman du mĂȘme nom de l’écrivain sĂ©nĂ©galais Seydi Sow, Grand prix du chef de l’Etat pour les Lettres en 1998.  Â«Â Je raconte une histoire qui pose la rĂ©flexion sur le pouvoir. Je me suis inspirĂ© du roman, mais ce n’est pas une adaptation de ce dernier », explique-t-il au tĂ©lĂ©phone.  Pape Abdoulaye Seck a dĂ©jĂ  rĂ©alisĂ© le court mĂ©trage intitulĂ© « Sagar » (2014), traitant du drame d’une femme traumatisĂ©e par ses fausses couches, un film qui a remportĂ© plusieurs prix Ă  travers le monde. Le projet documentaire « Doxandem : Les chasseurs de rĂȘves » de Saliou Sarr sera produit par « GorĂ©e Island » de Yanis Gaye.  Saliou Sarr a dĂ©jĂ  rĂ©alisĂ© un documentaire sur l’émigration irrĂ©guliĂšre intitulĂ© « Life Saaraba Illegal », sorti en 2017.  Le comitĂ© de sĂ©lection de « Ouaga Film Lab » a retenu au total dix projets de film sur la centaine de dossiers reçus de 25 pays d’Afrique de l’Ouest, du Centre et des Grands Lacs, aprĂšs un appel Ă  candidatures lancĂ© de fĂ©vrier Ă  mars 2020.  Â«Â Ouaga Film Lab » se veut un laboratoire de dĂ©veloppement et de coproduction dans l’accompagnement des jeunes auteurs-rĂ©alisateurs et de leurs producteurs.

FKS/BK/ASG

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaĂźt entrez votre commentaire!
S'il vous plaĂźt entrez votre nom ici