Le ministre de la Culture et de la Communication Abdoulaye Diop a rendu hommage, dimanche, Ă  l’écrivain Ibrahima Sall dĂ©cĂ©dĂ©, vendredi, Ă  Dakar et inhumĂ© au cimetiĂšre de Yoff, saluant ainsi la mĂ©moire d’’’un crĂ©ateur fĂ©cond et polyvalent’’.

‘’Avec le rappel Ă  Dieu de l’écrivain Ibrahima Sall, la littĂ©rature sĂ©nĂ©galaise et africaine perd un de ses plus brillants reprĂ©sentants. Il Ă©tait un crĂ©ateur fĂ©cond et polyvalent, naviguant avec une parfaite aisance entre le roman, le conte, la poĂ©sie et le thĂ©Ăątre’’, souligne le ministre dans un message transmis Ă  l’APS.

Selon lui, ‘’de chacun de ces genres, il avait la maitrise exquise de l’art, poussant sa rĂ©ussite crĂ©ative jusqu’à la confusion des esthĂ©tiques littĂ©raires’’.

DĂ©crivant l’auteur Ibrahima Sall comme ‘’un vĂ©ritable orfĂšvre’’, il estime que des critiques se sont Ă©merveillĂ©s de sa capacitĂ© Ă  donner au rĂ©cit narratif la puissance des sonoritĂ©s et des rythmes poĂ©tiques.

Abdoulaye Diop prĂ©sente au nom du chef de l’Etat Macky Sall et de toute la famille de la culture les condolĂ©ances Ă  la famille Ă©plorĂ©e et s’incline ainsi devant la mĂ©moire de ce ‘’digne compatriote, brillant et discret, qui aura servi intensĂ©ment son pays et son continent dont il a intĂ©grĂ© les fortes pulsions traduites en des Ɠuvres qui dĂ©fieront le temps’’.

Pour le poĂšte Amadou Lamine Sall, ‘’ Ibrahima Sall Ă©tait et reste le meilleur Ă©crivain que notre cher pays ait connu’’.

‘’Il Ă©tait le meilleur d’entre nous. PoĂšte parmi les plus puissants, romancier hors pair, nouvelliste de gĂ©nie, dramaturge inspirĂ©, Ibrahima fut de ce combat qui, dans les annĂ©es 8O, a vu quatre jeunes mousquetaires faire face Ă  des aĂźnĂ©s triomphants et peu accessibles’’, se rappelle le fondateur de la maison d’édition ‘’Feux de brousse’’.

Ainsi, parmi ces quatre mousquetaires qui ont tentĂ© d’assumer la relĂšve, dont fait partie Ibrahima Sall, figurent feu Mamadou TraorĂ© Diop et Alioune Badara BĂšye. ‘’Ils ont tentĂ© de faire naĂźtre une nouvelle littĂ©rature. Ont-ils rĂ©ussi ?’’, s’interroge-t-il.

Amadou Lamine Sall souhaite que ces Ɠuvres soient revisitĂ©es par l’UniversitĂ©.

‘’Il est temps dans ce pays que nos enfants apprennent Ă  connaĂźtre Ă  l’école, dans leur programme scolaire, les meilleurs de nos Ă©crivains. Ibrahima Sall y mĂ©rite une haute place. Un grand podium’’, plaide-t-il.

Ibrahima Sall est l’auteur de plusieurs ouvrages parmi lesquels on peut citer le roman ‘’Les routiers de ChimĂšres publiĂ© en 1982 aux Nouvelles Ă©ditions africaines (NEA), la cĂ©lĂšbre piĂšce thĂ©Ăątrale ‘’Le choix de Madior’’ primĂ© en 1979 au premier festival francophone de Nice (France) et mise en scĂšne par Seyba TraorĂ©, ‘’Antilopse’’, etc.

Il fut agent de la ‘’Sotrac’’ devenue aujourd’hui ‘’Dakar Dem Dekk’’. Il fut plusieurs fois distinguĂ© avec le ‘’Grand prix international de poĂ©sie LĂ©opold SĂ©dar Senghor’’ remis par La Maison africaine de la poĂ©sie internationale’’ (MAPI).

En novembre 2018, il est honoré lors du premier salon national du livre organisé par le ministÚre de la Culture et de la Communication dans sa ville natale Saint Louis.

FKS/MD

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaĂźt entrez votre commentaire!
S'il vous plaĂźt entrez votre nom ici