MalgrĂ© les «assurances» du recteur de l’universitĂ© Gaston Berger de Saint-Louis, Pr. Ousmane ThiarĂ©, et du directeur du Centre rĂ©gional des Ɠuvres universitaires de Saint-Louis (Crous), Papa Ibrahima Faye, au cours d’une confĂ©rence tenue hier lundi, les cours n’ont pas pu dĂ©marrer, ce 1er septembre, dans ce temple du savoir. Et pour cause ! Les Ă©tudiants, qui dĂ©noncent un «forcing» des autoritĂ©s, ont dĂ©cidĂ© de boycotter la reprise. 
En effet, Ă  travers un communiquĂ© de presse, la Coordination des Ă©tudiants de Saint-Louis (Cesl) a dĂ©crĂ©tĂ© un mouvement d’humeur de 72 heures de journĂ©es sans ticket (Jst) renouvelables, en plus d’une grĂšve illimitĂ©e. Une maniĂšre, selon eux, de fustiger la dĂ©marche des plus hautes instances de l’universitĂ©. 
Celles-ci, regrettent les Ă©tudiants, ont «zappĂ© toute idĂ©e de dialogue, contrairement Ă  ce qui se passe dans les autres universitĂ©s». Pour rappel, le recteur de l’Ugb et le directeur du Crous avaient annoncĂ©, hier, que du fait de cette option d’une «reprise graduelle» des cours, seuls 4 500 Ă©tudiants sur les 11 717, soit 38 % de l’effectif, Ă©taient attendus dans les amphis, ce mardi.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaĂźt entrez votre commentaire!
S'il vous plaĂźt entrez votre nom ici