iGFM – (Dakar) – Les quotidiens reçus mardi Ă  l’APS mettent en exergue l’annonce probable de la fin de la longue grĂšve du Syndicat des travailleurs de la justice (Sytjust), le dialogue politique et d’autres sujets.
Le Soleil signale que le gouvernement et le Sytjust ’’ont fini par fumer le calumet de la paix’’.

’’AprĂšs une longue grĂšve de 71 jours ponctuĂ©e par une rude bataille mĂ©diatique et marquĂ©e par des dysfonctionnements fort prĂ©judiciables aux justiciables, tout porte Ă  croire que ce 1er septembre marquera la fin des hostilitĂ©s et un renouveau dans les relations jusqu’ici tendues entre les travailleurs de la justice et leur ministĂšre de tutelle’’, Ă©crit le journal qui affiche en Une : ‘’aprĂšs 71 jours de discorde, la paix’’.

Le Bureau exĂ©cutif national (BEN) du Syndicat des travailleurs de la justice (SYTJUST) animera une confĂ©rence de presse, mardi Ă  partir de 10 heures, au siĂšge de l’UNSAS.

En politique, Lii Quotidien signale que ‘’rien n’est encore joué’’ pour Idrissa Seck au sujet du statut du chef de l’opposition.

Mais, ’’aprĂšs plusieurs spĂ©culations sur qui sera le chef de l’opposition, le Front de rĂ©sistance nationale (FRN) est montĂ© au crĂ©neau pour dire qu’il n’a pas de position prĂ©cise (
.)’’, souligne le journal.

Pour L’Observateur, ’’le choix du chef de l’opposition a mis en lumiĂšre la vraie nature des relations entre Idrissa Seck et Ousmane Sonko, deux gros calibres de la politique sĂ©nĂ©galaise, candidats Ă  la succession de Macky Sall’’.

L’As note que ’’l’opposition durcit son jeu’’. ’’Le consensus se sera que de courte durĂ©e. L’accord sur la suppression du parrainage lors des locales n’y fera rien. Les concertations sur le processus Ă©lectoral vont Ă  coup sĂ»r ĂȘtre mouvementĂ©es dans les prochains jours’’, estime le journal.

Selon la publication, ’’le FRN garde toujours un Ɠil sur ses revendications, mĂȘme celles qui sont les plus vieilles et non moins importantes comme la dĂ©signation d’une personnalitĂ© neutre pour organiser les Ă©lections dans le pays’’.

Concernant le dialogue toujours, Le TĂ©moin estime que ‘’le cumul’’ des fonctions de chef de l’Etat et de chef de parti, ‘’principal point de discorde’’ entre l’opposition et le pouvoir est ‘’un faux dĂ©bat’’.

Pour le journal, ‘’cette exigence d’une partie de la classe politique Ă©clipse les vrais enjeux comme le bulletin unique et une vraie commission Ă©lectorale indĂ©pendante’’.

Selon le quotidien Kritik, ‘’la vraie pomme de discorde’’ a trait Ă  l’organisation des Ă©lections. En effet, le Front de rĂ©sistance nationale (FRN) ‘’rĂ©cuse’’ le ministre de l’IntĂ©rieur pour l’organisation des Ă©lections.

Sud Quotidien, citant des ‘’sources dignes de foi’’, note que ‘’la quasi-totalitĂ© des ministres’’ a fait sa dĂ©claration de patrimoine en se rapprochant des services de l’Ofnac. Mais, souligne le journal, ‘’au-delĂ  de la dĂ©claration de patrimoine, l’Ofnac semble confrontĂ© Ă  une gangrĂšne mondiale : la fuite des capitaux vers les paradis fiscaux’’.

EnquĂȘte s’intĂ©resse Ă  la cĂ©lĂ©bration du Magal de Touba et souligne que les ‘’avis divergent’’ sur l’idĂ©e d’un ‘’Magal chez soi’’ prĂ©conisĂ©e par un groupe de chercheurs. 

’’Le comitĂ© d’organisation par la voix du prĂ©sident de la commission culture et communication a rĂ©agi au document de l’équipe du docteur Cheikh Sokhna qui conseille le +Magal chez soi+. Il poursuit ses prĂ©paratifs et s’en remet au +ndiguel+ du Khalife. Les habitants de Touba sont, eux, partagĂ©s’’, Ă©crit EnquĂȘte.

Auteur : Aps 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaĂźt entrez votre commentaire!
S'il vous plaĂźt entrez votre nom ici