La junte soigne son image et affiche sa volontĂ© de rassembler les Maliens, de refuser l’exclusion. C’est pourquoi, depuis lundi 31 aoĂ»t, elle reçoit Ă  nouveau du monde. Outre les politiques, il y a notamment les syndicats et associations religieuses. Mais elle se dĂ©place Ă©galement pour plus de visibilitĂ©. Elle s’est rendue par exemple dimanche au domicile des familles fondatrices de Bamako et chez l’ancien prĂ©sident Moussa TraorĂ©.
De notre correspondant Ă  Bamako, Serge Daniel
Alors qu’on le voit rarement, c’est le colonel Assimi GoĂŻta, chef de la junte, lui-mĂȘme qui est Ă  la tĂȘte de la dĂ©lĂ©gation rendant les visites. Chez les familles fondatrices de Bamako, l’accueil a Ă©tĂ© plutĂŽt chaleureux. Dans toutes les allocutions, on a entendu : « Que Dieu protĂšge le Mali ». Sur place, les militaires, qui ont pris le pouvoir le 18 aoĂ»t, ont mĂȘme eu droit Ă  un petit bain de foule. Aucun doute, ils veulent montrer qu’ils sont lĂ  « pour le peuple ». Autre visite pour montrer qu’ils ne sont pas enfermĂ©s dans leur caserne et pour avoir des soutiens : celle effectuĂ©e chez l’ancien prĂ©sident Moussa TraorĂ©.
Renversé en 1991, condamné à mort, gracié par la suite, il est devenu non seulement populaire mais surtout influent. Il a qualifié les putschistes de « patriotes ».
La junte se dĂ©place, mais elle reçoit Ă©galement pour montrer qu’elle ne veut exclure personne : le ballet a commencĂ© ce lundi matin 31 aoĂ»t avec des partis politiques. Une rencontre est aussi prĂ©vue avec des syndicalistes, hommes d’affaires, associations religieuses et reprĂ©sentants de Maliens de l’étranger.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaĂźt entrez votre commentaire!
S'il vous plaĂźt entrez votre nom ici