En contentieux judiciaire depuis le mois d’octobre dernier, les populations de Darou Salam Extension (Tivaouane Peulh) n’entendent pas jeter l’éponge. Elles ont manifestĂ©, ce dimanche 30 aoĂ»t leur volontĂ© ferme de ne jamais s’avouer vaincues. Et ce, malgrĂ© une dĂ©cision de justice favorable au Pdg de la sociĂ©tĂ© Senico, El Hadj Abdoulaye Dia. DĂ©cision l’autorisant Ă  expulser prĂšs de 3 000 Ăąmes et de procĂ©der Ă  la dĂ©molition de plus 243 maisons qui leur servaient de domicile.

RĂ©unies en assemblĂ©e gĂ©nĂ©rale, elles se sont montrĂ©es toutes dĂ©terminĂ©es Ă  ne pas cĂ©der. « Le tribunal a donnĂ© une dĂ©cision favorable Ă  El Hadj Abdoulaye Dia. Nous nous sommes rĂ©unis pour Ă©changer. Nous ne comprenons pas ce qui nous arrive. Nous avons acquis lĂ©galement ces terres. Ce sont des terres acquises dans le cadre d’une politique d’extension de la Commune de Keur Massar. Cela a Ă©tĂ© validĂ© et par la mairie de cette commune et par la sous-prĂ©fecture. Donc, aujourd’hui, nous n’arrivons pas Ă  comprendre que l’État qui nous a octroyĂ©s des parcelles veuille aujourd’hui accorder, Ă  travers la justice, le droit de procĂ©der au dĂ©guerpissement de nos familles et la dĂ©molition de nos maisons acquises Ă  la sueur de nos fronts. Nous interpellons directement le prĂ©sident Macky Sall, il est le seul qui puisse rĂ©gler ce problĂšme Â», a dĂ©clarĂ© Abdou Lahad Biang, coordonnateur de l’association des habitants de la CitĂ© Darou Salam 2 Extension.

Avec ses voisins, il dit ne pas envisager de lĂącher prise et assister de maniĂšre impuissante Ă  la destruction de nos maisons. « Ce sont des maisons que nous avons construites durant plusieurs annĂ©es de sacrifice et de privation. Pis, comment comprendre que le Dg de Senico puisse se permettre de nous rĂ©clamer ces terres. AprĂšs cette rencontre nous allons poursuivre la lutte et n’excluons pas d’initier des manifestations comme des marches et autres actions judiciaires. Nous avons interjetĂ© appel et sommes disposĂ©s Ă  perdre nos vies, si c’est le prix Ă  payer Â», a-t-il dĂ©clarĂ©.

Des propos Ă©tayĂ©s par sa voisine Marie Aw, propriĂ©taire d’une des 245 maisons menacĂ©es de destruction. « De plus en plus des milliardaires viennent pour exproprier des pauvres. Nous avons interpellĂ© directement le prĂ©sident Macky Sall. Il ne faudrait pas qu’il cautionne de telles choses. Nous n’acceptons pas que ces maisons qui ont Ă©tĂ© construites Ă  la sueur de nos fronts soient dĂ©truites Â».

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaĂźt entrez votre commentaire!
S'il vous plaĂźt entrez votre nom ici