Avec la pandĂ©mie de la Covid 19, l’industrie des transports aĂ©riens connait la plus grave crise de son histoire, avec une chute brutale de 80% du trafic aĂ©rien mondial. L’Association des Transporteurs AĂ©riens Africains (AFRAA) a annoncĂ© que 95% des compagnies du continent ont cessĂ© toute activitĂ©, au moment oĂč l’IATA prĂ©voit une chute du trafic de l’annĂ©e 2020 de 54% (plus de 80 millions de voyages de passagers) par rapport Ă  2019. L’OACI quant Ă  elle entrevoit la reprise normale probable du trafic aĂ©rien mondial en 2023. Au SĂ©nĂ©gal, la fermeture de l’espace aĂ©rien le 20 mars, a entrainĂ© des pertes de recettes Ă©valuĂ©es Ă  19 milliards en trois mois pour la seule compagnie Air SĂ©nĂ©gal.
 Le PrĂ©sident Macky Sall, dans le cadre du Programme de RĂ©silience Economique et Social (PRES),pour« Ă©viter l’effondrement du Hub aĂ©rien », a mis en place un Fonds de rĂ©silience du Transport aĂ©rien d’un montant de 5 milliards.
Sur ce fonds, 2.510.850.000 CFA ont Ă©tĂ© versĂ©es aux entreprises privĂ©es du secteur pour leurs besoins en fonds de roulement et 2.5 milliards bonifiĂ©s Ă  7,5 milliards pour leur permettre d’entamer la relance. PrĂšs de 5 milliards ont aussi Ă©tĂ© versĂ©s aux structures du portefeuille de l’Etat chargĂ©s de la supervision de la sĂ©curitĂ©, de la mise en Ɠuvre de la sĂ»retĂ©, de la gestion et de l’exploitation des aĂ©roports rĂ©gionaux.  Au total plus de 6.000 emplois ont ainsi pu ĂȘtre maintenus dans lesecteur du Transport aĂ©rien. La Compagnie Nationale Air SĂ©nĂ©gal a reçu un financement de 45 milliards dans le cadre du dĂ©veloppement de son hub pour lui permettre d’attĂ©nuer les effets de la crise. 
Ces actions qui ont contribuĂ© Ă  sauver des milliers d’emplois ont Ă©tĂ© saluĂ©es par l’IATA. 
Aujourd’hui, la reprise du trafic international un mois aprĂšs celle des vols domestiques qui ont dĂ©marrĂ© le 15 Juin, s’articule autour de la stratĂ©gie globale de l’Etat du SĂ©nĂ©gal qui ambitionne de faire du SĂ©nĂ©gal le 1er Hub aĂ©rien rĂ©gional dont le Pivot sera Air SĂ©nĂ©gal avec comme objectif 4 millions de passagers en 2025 et 10 millions en 2035… sur la plateforme aĂ©roportuaire du SĂ©nĂ©gal.
Le choc engendrĂ© par la Covid 19 est trĂšs important, en consĂ©quence, la reprise va ĂȘtre lente et graduelle. C’est ce qui explique selon Ministre du Tourisme et des Transports aĂ©riens Alioune Sarr, la volontĂ© politique de l’Etat de continuer Ă  soutenir les besoins en fonds de roulement des entitĂ©s du portefeuille de l’Etat, ainsi que les sociĂ©tĂ©s Ă©voluant dans le domaine des transports aĂ©riens et du tourisme, au moins jusqu’en dĂ©cembre 2020. En outre, prĂ©cise –t-il, les sociĂ©tĂ©s du secteur qui sont actuellement dans la phase de relance, et qui ont fait face Ă  des pertes financiĂšres accumulĂ©es durant les mois d’inactivitĂ©s, seront soutenues.
 Dans le cadre de la relance, il s’agira aussi, selon le Ministre Alioune Sarr de dĂ©velopper les investissements, d’une part pour le financement des infrastructures aĂ©roportuaires qui vont contribuer Ă  proposer une offre de service aux standards internationaux, dans les aĂ©roports du SĂ©nĂ©gal, et d’autre part pour le parachĂšvement du Hub aĂ©rien avec la construction d’un Centre de Maintenance des avions (MRO), d’une AcadĂ©mie des mĂ©tiers de l’aviation et d’une AĂ©rocity qui vont booster les recettes extra-aĂ©ronautiques de l’AIBD et avoir un effet positif sur l’économie du pays.
L’enveloppe globale proposĂ©e pour ce plan de relance est de 25 milliards CFA en 2020 et 53 milliards CFA en 2021A partir de 2022, les besoins seraient d’une dizaine de milliards CFA par an.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaĂźt entrez votre commentaire!
S'il vous plaĂźt entrez votre nom ici