“Sortir du registre du “masla” et des discours sans …”, La panacée de Amadou T. Wone contre la corruption

0
105

Notre pays ne peut plus continuer sur le registre du “masla” et des discours sans lendemain. Il y a trop d’abcès purulents à crever. Sans langue de bois ni détours grandiloquents, estime l’ancien ministre sénégalais de la Culture, Amadou Tidiane Wone.

Relations coupables…

Selon Amadou Tidiane Wone, certains “hommes d’affaires” sénégalais  ont développé des relations coupables avec l’administration du Sénégal. Ils contournent allègrement les lois et les règlements, moyennant achat des consciences de ceux qui sont censés servir la Nation.

Corruption industrielle…

Pour M. Wone, la corruption industrielle qui sévit dans notre pays a des acteurs connus, identifiables. Il est important que les hommes politiques aux mains propres, les acteurs de la société civile et la presse sortent des discours aériens pour coller à la réalité et dénoncer, en temps réel, les outrances faites à notre pays par ces bandits de grands chemins.

Coupables…

“Disons-le sans fioritures, la corruption quasi institutionnelle qui règne dans ce  pays mérite que l’on s’y arrête pour diagnostiquer le mal et l’éradiquer définitivement.  Sinon, aucun développement n’est envisageable ! Et nous serons tous et chacun, à plus ou moins grande échelle, coupables de non-assistance à peuple en danger “, ajoute M. Wone.

Asphyxie…

D’après Amadou Tidiane Wone, le peuple réel est au bord de l’asphyxie. Les entreprises sont majoritairement, à l’article de la mort. La classe moyenne est au seuil de la pauvreté. Et pendant ce temps, avec les mêmes tours de passe-passe éculés, certains trouvent le moyen de s’enrichir à la faveur de la pandémie ! Sans honte ni pudeur. Des moyens de l’État et ses ressources sont dilapidés.