L’Algérie approuve la chloroquine pour traiter le Covid-19

0
76 vues

Le ministère algérien de la Santé a déclaré que les hôpitaux du pays peuvent utiliser la chloroquine pour traiter les patients infectés par le coronavirus. Toutefois, la déclaration précise que le médicament doit être utilisé pour traiter « certains cas » de Covid-19, conformément à un « protocole médical spécifique« .

La chloroquine est l’un des médicaments antipaludiques les plus anciens et les plus connus – bien qu’elle ne soit plus recommandée dans une grande partie de l’Afrique en raison de la résistance que lui opposent les parasites du paludisme. Dans le traitement des patients atteints de paludisme, le médicament a été utilisé pour réduire la fièvre et l’inflammation.

Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), il n’y a pas encore de preuve définitive de son efficacité dans le traitement du Covid-19, mais il fait partie des essais en cours. « La chloroquine semble bloquer le coronavirus dans les études de laboratoire. Il y a des preuves anecdotiques de médecins qui disent qu’elle semble aider« , déclare James Gallagher, correspondant santé de la BBC.

La semaine dernière, il y a eu une confusion sur la question de savoir si les États-Unis avaient approuvé le médicament pour traiter le coronavirus. Mais l’organisme chargé de l’homologation des médicaments aux États-Unis a déclaré qu’il était toujours à l’étude.

Dix-sept personnes sont mortes de Covid-19 en Algérie, qui compte actuellement 230 cas de coronavirus, dont 54% dans la province de Blida, au sud de la capitale Alger.

La semaine dernière, le gouvernement a fermé toutes les frontières, interdit les vols et les ferries ainsi que les transports publics entre les villes. Il a également envoyé 50 % de la main-d’œuvre en congé payé pendant deux semaines, leur ordonnant de rester chez eux.

Les entreprises privées ont reçu la promesse d’une aide financière de l’État pour compenser la perte des salaires versés à leurs employés et travailleurs.

Dans les pays voisins, le Maroc et la Tunisie, qui sont également en état de confinement, l’armée a été déployée pour imposer la distanciation sociale et la fermeture de magasins et d’entreprises jugés non essentiels par les autorités.