France: Emmanuel Macron et le gouvernement jouent la carte verte et blanche

0
56 views

Emmanuel Macron est ce jeudi en Haute-Savoie. Mont-Blanc, Mer de Glace, le président  de la République a choisi de se rendre sur des sites naturels emblématiques et menacés. Avec pour objectif d’envoyer une carte postale aux Français pour leur dire que l’écologie est désormais sa priorité.PUBLICITÉ

Emmanuel Macron a commencé ce déplacement en altitude au-dessus de Chamonix, en surplomb de la Mer de Glace. Il a passé la nuit dans un refuge  après avoir dîné avec des experts : notamment le climatologue Jean Jouzel et l’explorateur, aventurier, spécialiste des odyssées de l’extrême, Mike Horn qui revient d’une expédition dans l’Arctique, rapporte notre envoyée spéciale, Valérie Gas. Idéal pour éclairer le président qui va se rendre ce jeudi sur la Mer de Glace menacée par le réchauffement climatique.

Emmanuel Macron@EmmanuelMacron

Nous allons protéger le Mont Blanc !
Des mesures concrètes.
Je serai dès demain chez vous. https://twitter.com/peillex/status/1168223348725342209 …Jean-Marc PEILLEX@PEILLEX#saintgervais #montblanc lettre ouverte d’un #giletblanc au Président @Macron2 09318:52 – 12 févr. 2020Informations sur les Publicités Twitter et confidentialité885 personnes parlent à ce sujet

Municipales et présidentielle en ligne de mire

Emmanuel Macron a peaufiné le scénario de cette « séquence climat » à la montagne. Il a choisi un décor qui parle de lui-même et fait de belles images. Une démarche assumée par l’Elysée où l’on explique qu’il faut « donner à voir la beauté naturelle du paysage ».PUBLICITÉ

Ads by Teads

Le fond du message est tout aussi clair : le président veut montrer qu’il a pris conscience de l’urgence environnementale et qu’elle concerne aussi le territoire français. L’écologie de proximité, du quotidien, c’est le nouvel enjeu sur lequel Emmanuel Macron entend être actif. Un message qui n’a rien d’anodin à quelques semaines des municipales où les listes vertes semblent susciter l’adhésion. Mais qui est aussi déjà dans la perspective de la prochaine présidentielle. Une ministre le confirme : le président a « l’intuition » qu’elle se jouera sur l’écologie.

Reverdir l’action de l’Etat

C’est aussi le message porté par le gouvernement à l’issue du Conseil de défense écologique qui s’est tenu mercredi. Le bilan des émissions de gaz à effet de serre en France ces deux dernières années n’est pas à la hauteur des engagements de l’Accord de Paris, alors à cinq semaines des municipales, le gouvernement met les bouchées doubles.

Sécuriser le littoral

La ministre de la transition écologique, Elisabeth Borne, a mis l’accent sur la fragilisation du littoral. Il s’agit d’anticiper les inondations récurrentes dues à la montée du niveau de la mer. Suite à la tempête Xynthia qui avait causé la mort de 47 personnes sur les côtes de Vendée et de Charente maritime, la ministre a annoncé un raccourcissement des délais de mise en place des programmes de protection contre les inondations, avec une procédure d’urgence permettant des travaux plus rapides en cas de menace sur les vies humaines.

Le gouvernement estime que dans les 24 ans à venir, entre 5000 et 50.000 logements côtiers seront menacés de submersion. Les habitants concernés devraient donc être indemnisés pour quitter leur territoire et se loger ailleurs. Ces travaux pourraient être financés par le fonds de prévention des risques naturels majeurs, pour lequel la subvention de l’Etat a été doublée par décret fin 2019. 

A plus long terme, seules les constructions démontables seront autorisées pour les espaces côtiers menacés par l’érosion. La liste des 250 communes françaises comptant plus de 10 logements concernés par cette menace sera publiée par le gouvernement. 

En plus de la prévention des inondations, la ministre a annoncé 20 mesures écologiques obligatoires pour les agents de l’Etat, à commencer par l’Elysée, où chaque collaborateur a reçu comme cadeau de Noël une gourde destinée à remplacer les bouteilles en plastique.