Près de 1500 migrants évacués d’un camp dans le nord de Paris

0
126 vues

Selon la préfecture d’Île-de-France, 1 436 migrants ont été évacués de la porte de la Chapelle, ce mardi 28 janvier 2020.

Deux mois après le démantèlement du camp de la porte de la Chapelle, c’est la porte d’Aubervilliers, à quelques encablures de là, en bordure du périphérique de la capitale, qui a été évacuée ce mardi matin.

Selon un décompte fourni par la préfecture, entre 900 et 1 800 personnes – essentiellement des migrants – vivaient dans ce camp fait de tentes et de baraquements de fortune serrés les uns contre les autres, et qui n’avait fait que grandir depuis l’évacuation du secteur de la porte de la Chapelle.

249 migrants en famille dont 93 enfants

Selon la préfecture de région, 1 436 migrants ont été évacués, selon la préfecture de région (Prif). Les personnes évacuées ont été conduites vers des bus à destination de gymnases ou de centres d’accueil franciliens. 249 migrants en famille, dont 93 enfants, ainsi que 1 187 hommes seuls, ont ainsi été mis à l’abri, a encore précisé la préfecture régionale.

La maire de Paris, Anne Hidalgo, était présente et l’opération a été menée conjointement par la préfecture de police de Paris et la préfecture d’Île-de-France. « Cette mise à l’abri n’est pas une des nombreuses qui se sont produites jusqu’à présent », a prévenu le préfet de police Didier Lallement. Il ne s’agit pas d’une énième évacuation, assure-t-il, « nous ne recommencerons pas un cycle infini évacuations/réinstallations » mais une véritable « libération de l’espace ».

La doctrine des autorités dans la gestion de ces campements a changé lors de l’évacuation de quelque 1 600 personnes à cheval sur Paris et la Seine-Saint-Denis le 7 novembre. Désormais, un important dispositif policier est stationné en permanence au niveau de la porte de la Chapelle pour empêcher une réinstallation. Et le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner avait promis l’évacuation de tous les camps de migrants parisiens avant la fin de l’année 2019. Un dispositif policier sera donc mis en place pour éviter un retour des réfugiés.