Argentine : Le bijoutier sénégalais reçoit son diplôme d’entraîneur

0
127

Mamadou Lamine Beye 33 ans, vit à Santa Rosa depuis quatre ans. Amoureux du football et admirateur de Gallardo, il décide d’étudier pour devenir entraîneur. Ce vendredi, il reçoit son diplôme d’instructeur pour enfants.

Un Sénégalais ambitieux

Mamadou Lamine Beye, plus connu sous le nom de Billy, vit et travaille à Santa Rosa depuis 2015. Bijoutier dans le centre et cette année, il a commencé à suivre le cours de Directeur Technique National de football dans l’école de formation qui dépend de l’Association des Techniciens Argentins de Football (ATFA).

Ce vendredi, il reçoit le diplôme avec la Licence C / B qui lui permet d’entraîner à la base (jusqu’à 12 ans) et dans le Football Infanto Juvenil Amateur et Formativo (jusqu’à 15 ans). En 2020, il va postuler pour la licence A et un an plus tard pour le titre de leader dans le football professionnel, rapporte laarena.com.ar, visité mercredi par Senego.

Un long voyage : De Diourbel à l’Argentine

Billy est né à Diourbel. C’est là, à quelque 150 kilomètres de la capitale, Dakar, qu’il a commencé à jouer au ballon avec ses amis et à forger une passion qui continue de l’accompagner près de 10.000 kilomètres plus loin.

« J’ai toujours joué au football, mais jamais dans un club « , raconte le jeune homme qui, avant d’atterrir à l’autre bout du monde, a travaillé avec son père dans un distributeur de fournitures de kiosque.
En 2011, il a décidé de suivre les traces de son frère aîné, Cheikh, qui vivait déjà en Argentine et qui a ouvert la voie. « J’ai passé un an et demi à Buenos Aires, puis je suis allé à San Miguel de Tucumán et en 2015,  je suis venu à Santa Rosa. C’est une ville tranquille « , dit le Sénégalais.

Les références de Billy

Lors d’un de ces après-midi de football, une connaissance l’a invité à suivre les cours d’entraîneur et cette année, il a fait le grand pas. « Je l’ai toujours aimé et c’est pourquoi j’ai décidé de le faire « , explique-t-il. « Je m’intéresse à la partie formation. J’aimerais commencer par les garçons pour acquérir de l’expérience. Et puis on grandit, comme dans tout travail, ajoute-t-il.

Un style ? « Il y a beaucoup de systèmes de jeu, mais cela dépend de l’adversaire », dit-il d’un ton pragmatique. Mais, il dit avoir des références comme entraîneurs. « En Argentine, j’aime bien (Marcelo) Gallardo, grâce à sa méthodologie et le système qu’il utilise. Et en Europe, j’apprécie beaucoup Cholo (Diego Simeone). Je regarde beaucoup de matches en Europe et je m’amuse un peu avec chacun d’entre eux », conclut-il.

Aliou Cissé  a ouvert les portes

Lors de la dernière Coupe du Monde qui s’est tenue en Russie, l’an dernier, le Sénégal avait un entraîneur particulier qui, par sa performance et ses déclarations, a ouvert de nouvelles portes en demandant une plus grande place à ses collègues africains dans l’élite du football.
Aliou Cisse, ancien capitaine de l’équipe nationale sénégalaise en 2002, était le plus jeune entraîneur de Russie 2018 (42 ans) et le seul DT noir de la compétition.

« Cissé est une référence pour le Sénégal. J’ai été très bien reçu ici, je ne me sentais pas discriminé dans les cours, parce que je venais du Sénégal. Je suis heureux », conclut Billy.