Vent de décrispation dans le pays : Momar Ndiongue analyse la situation

0
35 views

Le journaliste consultant Momar Ndiongue a porté sur Sen TV un regard lucide sur le vent de décrispation tributaire d’abord des retrouvailles entre Wade et Macky, et qui aurait probablement suscité la libération de Khalifa Sall, emprisonné dans le cadre de la caisse d’avance de la municipalité de Dakar.
Dans son approche de la pacification de l’espace politique national, le journaliste consultant Momar Ndiongue n’a pas été avare en mots. Selon lui, le Chef de l’Etat était bien dans une dynamique de dégel dans ses relations tendues avec la plupart des leaders politiques du pays. Et qu’en prélude du grand rendez-vous de Massalikul Jinane, le télescopage entre lui et le président Wade avait été plusieurs fois rabâché par les médias. »On a comme l’impression que les deux hommes s’attendaient à ces retrouvailles ». En ce qui concerne la libération de Khalifa Sall, le journaliste consultant a indiqué que c’était différent de l’affaire Karim pour plusieurs raisons. D’abord Khalifa était maire de Dakar avant d’être révoqué. Et étant député, poursuit-il, aussi controversée que cela puisse paraitre, la levée de son immunité diplomatique a suivi. En prison aussi, Momar explique que Khalifa avait comme codétenu Mbaye Touré qui était très introduit dans l’establishment mouride. Ce qui expliquerait selon lui,la douce pression qui aurait raison du président Macky. L’autre aspect qu’il a abordé est la popularité de Khalifa Sall en étant en prison et la pétition d’un million de signatures que les Sénégalais ont bien voulu signer pour l’appuyer. S’y ajoute qu’à chaque fois qu’on interpellait le président de la République sur le dossier de Khalifa Sall,il était visiblement agacé. Pour toutes ces raisons, Momar Ndiongue indique qu’il fallait donc se débarrasser de cette patate chaude.