Lettre ouverte aux Jeunes de la Commune de SADIO. L’HEURE D’ASSUMER !!!

0
106 views

Chère JEUNESSE  »sadioise », c’est toujours avec cœur meurtri que j’écris des mots qui tendent à fustiger les maux que vive mon « home town » depuis sa création. Certe, on en a beaucoup parlé, dénoncé mais jusque là ça ne règle rien .Toujours, nos problèmes demeurent les même que sont :eaux, bitumage de la route ,Électrification, Lycée…..
Sur ce, nous ne devons en aucun cas abandonner le combat jusqu’à satisfaction totale. C’est vrai que ,c’est difficile de lutter pour une population incomprise et suiviste mais sans doute l’avenir nous donnera raison.
Maintenant, on est en période pré-électorale pour les locales qui seront tenues le 1er décembre. En cela, je lance un appel à toute la population très particulièrement à la JEUNESSE, surtout ceux qui combattent pour le développement de Sadio ,de converger nos ambitions politiques afin de mieux faire face à cette « Bande de Profiteurs » qui régné depuis plus de 15ans .Aujourd’hui, force est de s’unir avec sincérité pour un changement systématique. Ne croyons pas à l’invincibilité car c’est fort possible de déloger ce régime incompétent .N’attendons pas le moment venu pour descendre sur le terrain. C’est déjà présent l’accélération de notre combat. Chacun ici est un ambassadeur dans son village dans lequel il il doit s’atteler à la massification ou à la conversion de la population .Et, je pense qu’actuellement, nous sommes bien représenter dans les différents villages que compose la commune donc avec un peu de courage et d’engagement on pourrait être à la hauteur de nos attentes.
N’ayons pas peur d’une défaite car chez les Hommes intègres la victoire est le fait d’être tout le temps fidèle de ses principes et les défendre à tout prix. Suivant ces démarches, nous seront toujours vainqueurs tout en restant quitte avec notre conscience.
L’alternance générationnelle a sonné et c’est le moment où jamais.
Cordialement vôtre !
« Tant qu’on n’est pas prêt à se donner ,on n’est pas prêt pour la Révolution ».

Abdou Chercheur Sall .