Aujourd’hui, 19 avril 2018 : l’Assemblée nationale du Sénégal vote sans débat la loi sur le parrainage

0
75 views

Le passage de cette loi instituant le parrainage intégral à tous les partis politiques au Sénégal n’a pas été un long fleuve tranquille. Soupçonnant le pouvoir de faire dans le croc-en-jambe avec ladite loi qui n’est qu’un moyen de se frayer un boulevard pour un deuxième mandat, l’opposition refuse et menace de faire face afin d’empêcher le vote de la loi, le 19 avril 2018.

Pourtant le constat sur lequel le pouvoir s’est dit s’être basé pour faire passer cette loi est difficile à rejeter. Les élections législatives de 2017 avec la pléthore de listes notées, 47 bulletins plus exactement, ont motivé la majorité présidentielle d’agir dans le sens de rationaliser les candidatures. Par contre, cette limitation des candidats n’est pas faite dans le but exclusif de mettre en quarantaine les amuseurs de la galerie, ces candidats qui participent juste pour remplir une case de leur curriculum vitae. Elle constitue dans le même temps un moyen d’écarter le maximum de candidats parmi ceux pouvant engranger un grand nombre de voix dans l’élection de 2019. Du côté du pouvoir, il faut amoindrir les risques de dispersion des voix, à tout prix.

Voilà pourquoi la loi sera adoptée par l’Assemblée nationale à l’issu d’une session sans débat. L’opposition, consciente du caractère impossible de la mission face à une majorité mécanique, décide de jouer sur le temps pour retarder les débats et même le vote. Empoignades, injures et autres insanités règnent dans l’hémicycle pendant que dans la rue, des jeunes de la société civile et de l’opposition manifestent pour rééditer le coup du 23 juin. Malgré la détermination des opposants à la modification de la loi électorale, les forces de l’ordre sont aux aguets pour interpeler les manifestants dont le leader du parti Rewmi Idrissa Seck et la loi sera adoptée le 19 avril 2018 dans un tumulte sans précédent.