Le Ralliement de la Maire de Podor au Candidat Macky Sall en Exergue

0
215 views

Le ralliement de l’avocate Aïssata Tall Sall à la candidature du président sortant Macky Sall est l’un des sujets les plus en vue dans la livraison de mardi des quotidiens de plus en plus tournés vers la campagne électorale pour la présidentielle du 24 février prochain, prévue pour démarrer samedi à minuit. La présidente du mouvement « Osez l’avenir », par ailleurs maire de Podor (nord), « a officiellement rejoint la mouvance présidentielle », une décision rendue publique lundi lors d’une rencontre avec la presse faisant suite à une assemblée générale de sa structure, rapporte le quotidien Le Soleil.

« C’est la réalité qui commande les actions », justifie l’avocate, qui semble anticiper la réaction de ses détracteurs, dans des propos relayés par le journal Le Quotidien, dont la manchette, un impitoyable jeu de mots, s’inspire du prénom de l’avocate : « Aïsata Travaille pour Sall ». « Je prends le risque de travailler à une victoire possible » du président sortant, déclare la maire de Podor dans d’autres propos repris en première page du quotidien Vox Populi, selon lequel le président-candidat « fait carton plein à Podor », avec notamment Astelle Sall, l’ancienne députée du PDS « décrochée par Cheikh Oumar Anne », responsable local du parti présidentiel.

Il reste que c’est le ralliement de Aïssata Tall qui fait le plus parler et inspire d’autant les journaux, dont Sud Quotidien. « Aïssata prend le +Macky+ », annonce ce journal dont le ton est à la limite de l’ironie. « Le Mackyllage osé d’Aïssata », renchérit le quotidien Enquête. « Après moult tergiversations depuis les législatives de 2017 », l’avocate et maire de Podor a finalement rejoint le camp présidentiel, note ce journal. Un choix assumé et argumenté par l’intéressée, selon le quotidien L’As.

« Non convaincue par les candidats Idrissa Seck, Ousmane Sonko, qu’elle a reçus, la présidente du mouvement +Osez l’avenir+ a porté son choix sur le président Macky Sall parce qu’il y a des convergences de leurs programmes », écrit L’As. Mais en dépit de cet argumentaire, Le Témoin quotidien suggère une toute autre lecture en affichant : « Me Aïsata Tall Sall +ose+ la transhumance ». L’Observateur évoque à son tour le même sujet. « Elle a osé », écrit-il en référence à l’officialisation du ralliement de la maire de Podor à la candidature du président Sall.

« Déterminée, la présidente de +Osez l’avenir+ souligne qu’après analyse de la situation politique du pays, elle soutient le candidat Macky Sall pour +servir le Sénégal+ ». Le journal mais fait surtout observer que le président sortant « remporte le jeu des dames », à l’épreuve des nouvelles alliances électorales, en allusion au cas Aïda Mbodj, l’ancienne maire de Bambey chez qui le président a débarqué « à 3h du matin » pour la rallier à sa candidature. « Une visite effectuée quelques heures après celle de l’ancien Premier ministre, Idrissa Seck. Une redistribution des cartes s’annonce dans le département de Bambey », selon L’Observateur.

« A moins d’une semaine de l’ouverture de la campagne présidentielle, l’heure est aux alliances. Chacun des cinq candidats à la candidature y va de son côté, à la recherche d’un quelconque ralliement », résume Sud Quotidien. « Seulement, complète L’As, si certains ont déjà choisi leur camp, d’autres, par contre, trainent les pieds pour prendre une décision ». Le même journal évoque ensuite, à l’appui de ce constat, une « valse autour de Khalifa Sall », l’ancien maire de Dakar, condamné à 5 ans de prison pour notamment escroquerie aux deniers publics et dont la candidature n’a pas été validée par la justice.

Le candidat Madické Niang, l’un des leaders de l’opposition ayant rendu visite à Khalifa Sall à la Maison d’arrêt et de correction de Rebeuss, à Dakar, reconnait volontiers que l’électorat de l’ancien maire de Dakar « peut permettre de gagner la présidentielle ». L’ancien Premier ministre Idrissa Seck, candidat du parti Rewmi, prend lui l’engagement de libérer Khalifa Sall, s’il est élu. Avec Ousmane Sonko, Idrissa Seck et Madické Niang « se sont croisés hier à Rebeuss » chez Khalifa Sall. « Idy, Madické et Sonko +draguent Khalifa (Sall) », souligne Le Témoin quotidien.

« Khalifa Sall dans la posture de faiseur de roi pour les candidats de l’opposition », estime Vox Populi qui se fait à son tour l’écho de la visite des trois leaders de l’opposition à Rebeuss. De même, le Parti démocratique sénégalais (PDS), dont le candidat désigné n’a pas été autorisé à briguer le suffrage des Sénégalais, se trouve « en ordre dispersé », entre Idrissa Seck et Madické Niang, deux anciens de cette formation au pouvoir entre 2000 et 2012. « Si, officiellement le PDS n’a pas de plan B, il semble bien que les sopistes vont malgré tout voter. Qui aura leurs suffrages ? Idrissa Seck et Madické Niang devraient se partager cet électorat captif », écrit Le Témoin quotidien.

Walfadjri, sur le même terrain des ’’tractations politiques’’, rapporte qu’une reconstruction de « Manko Taxawu Sénégaal’’, une ancienne coalition nouée par l’opposition lors des dernières législatives, est ’’en gestation autour de Idy’’, le candidat de Rewmi. ’’Ça craint pour Macky Sall et son régime. L’opposition sénégalaise a décidé de mettre un terme à son bal d’égos pour s’organiser autour du candidat Idrissa Seck. De sources sûres, le leader du parti Rewmi a rencontré hier Khalifa Sall à Rebeuss dans ce cadre’’, explique Walfquotidien. Selon le journal, ’’l’affaire est presque scellée et ils sont en train de tracer les contours de la reconstruction de la coalition victorieuse Manko Taxawu Sénégal pour l’assaut final’’. BK

Auteur: APS