Affaire des faux billets de banque : Les avocats de Ngaaka Blindé se défoulent sur l’Etat

0
79 views

C’est l’Agent judiciaire de l’Etat, Cheikhouna Hanne qui a ouvert les hostilités, ce mercredi, lors du procès de faux monnayage devant le tribunal correctionnel de Dakar. Faisant sa plaidoirie, le représentant de l’Etat du Sénégal s’est attaqué aux prévenus, Baba Ndiaye alias Ngaaka Blindé et l’étudiant Khadim Thiam. Il est allé jusqu’à affirmer que « le Sénégal est en train de sombrer » à cause des agissements de ces derniers. Ce qui a provoqué l’ire des avocats de la défense. Me Aboubacry Barro lui a rétorqué, en premier : « Le Sénégal ne sombrera jamais. Où est Thione Seck ? Il est dehors alors qu’il est poursuivi pour des faits plus graves. Il vaque tranquillement à ces occupations. D’autres personnes sont poursuivies
pour meurtre alors que leurs co-prévenus sont toujours en détention et observent même une grève de la faim.

Combien de délinquants ont commis les mêmes faits et qui sont actuellement libres ? Mais dans quel pays sommes-nous ? Un agent judiciaire qui joue le rôle du procureur de la République ? Il demande une peine lourde contre les prévenus. C’estméchant de sa part. Si le Sénégal sombre ce serait de votre faute vous, l’état du Sénégal ». Très en verve, la robe noire a soutenu
qu’au lieu d’encourager les jeunes, on les emmène en prison. « Ngaaka Blindé est un rappeur philosophe. On ne doit pas freiner ces jeunes artistes. Ils sont des modèles. S’ils étaient des bandits, personne ne leur aurait soutenus. C’est dans le but d’éduquer que Ngaaka a utilisé ces billets. Sur ce, il doit être félicité », a-t-il dit.
Son confrère Me Mouhamadou Moustapha Dieng a lancé que leurs clients ne sont pas épinglés par l’Office national de lutte contre la fraude et la corruption (Ofnac) ou autres organes de contrôle de l’Etat. «Moi, je n’accepterai aucune leçon venant de l’Agent judiciaire de l’Etat où de l’Etat. Je n’ai jamais compris le renvoi de Baba Ndiaye et de Khadim Ndiaye aux fins d’être jugés. Ngaaka Blindé est un artiste de la banlieue très connu et issu d’une famille démunie. Donc, on veut le présenter comme un vulgaire trafiquant. Alors qu’il s’est battu dans le milieu du show-biz pour se faire un nom », a déclaré l’avocat libéral, Me Dieng. Me Djiby Diallo est sûr d’une chose, selon lui : « Un état, qui ne respecte pas ses artistes, se tire une balle dans les pieds. Les fossoyeurs de l’économie sont ceux qui se battent contre les artistes et les hommes de sciences de son pays.

Si on épingle les faussaires, il faut commencer par google.  Ce n’est pas la reproduction imparfaite qui est retenue. La diffusion, ce n’est pas une volonté de mettre les billets en circulation avec une intention de tromper les gens. Je ne demanderais pas de sursis car il n’y a pas de délit dans ce dossier. Nous plaidons la relaxe pure et simple ». En détention préventive depuis le 26 décembre 2017, Ngaaka Blindé et Khadim Thiam seront fixés sur leur sort le 27 décembre 2018.  Ils sont poursuivis pour contrefaçon, falsification et altération de signes monétaires. En attendant, le juge Maguette Diop leur a accordé la
liberté provisoire.