BOUGANE GUEYE DANI : « Je ne crois pas au financement des jeunes »

0
56 views

Le mouvement Geum Sa Bopp n’est pas venu pour faire de la figuration à l’élection présidentielle du 24 février 2018. Le président dudit mouvement, Bougane Guèye Dani, l’a dit ce samedi à Diamaguène Sicap Mbao. « Je  vous l’avez dit et vous êtes dans cette logique. Nous ne sommes pas venus pour être un sous-vêtement à l’élection présidentielle. Je veux qu’on soit un grand boubou à cette élection », a-t-il déclaré lors du meeting.

Pour Bougane Guèye Dani, Geum Sa Bopp n’est pas un parti politique, ni un mouvement politique. C’est un ensemble de personnes qui sont unies pour changer le visage du Sénégal.

Initiateur du « Sargal » Bougane Guèye Dani, Maty Mbaye estime que Sam Sam 3 fait partie des communes les plus pauvres du département de Pikine. Car  « c’est une localité enclavée. Il n’y a pas de transport en commun, ni route. Les écoles sont inondées et les voitures de transport sont vieilles de 60 ans ». Embouchant la même trompette, la responsable des jeunes de Geum Sa Bopp, Maria Diatta, indique que « les enfants font à peu près 2 km de marche pour aller à l’école. Pire encore, ils doivent traverser la route avec tous les risques ».

Pour soulager la souffrance des Sénégalais, l’objectif de Bougane « est de permettre aux Sénégalais de satisfaire leurs besoins sans pour autant tendre la main. Contrairement à ce qui se fait avec le régime en place ». Car il estime que « ce n’est pas les promesses des hommes politiques qui vont offrir aux jeunes de l’emploi et faire avancer ce pays. Encore moins la tromperie de ces politiciens ».

Selon lui, au Sénégal, les femmes ne partent jamais à la retraite dans les familles, contrairement aux hommes. C’est pourquoi « j’ai laissé les milliards qu’on m’accuse, les bureaux climatisés et les privilèges pour être à côté des femmes pour le bon fonctionnement des familles. Afin de permettre à nos enfants d’avoir des emplois, de sortir de la souffrance et garantir un avenir meilleur à nos petits-enfants », tonne-t-il. Avant de marteler : Je ne « crois pas au financement des jeunes. Et aux hommes politiques qui  font croire aux jeunes que ce sont les financements qu’ils leur donnent qui vont leur ouvrir les portes de la réussite. Je crois plutôt au travail. Et mon souhait est de permettre à un jeune de Sam Sam 3 ou d’une autre localité de satisfaire ses besoins à la sueur de son travail. Contrairement à ce qui se fait avec le régime en place ».

Pour conclure son allocution, Bougane invite les Sénégalais à prendre l’argent que leur donne les politiciens et de faire un bon choix dans les urnes pour l’intérêt du Sénégal.